Si vous êtes en train de lire cette page, c’est que la question d’utiliser des couches lavables pour votre bébé vous trotte sérieusement dans la tête. Bonne nouvelle ! Vous trouverez sur ces pages les réponses aux principales questions que vous êtes en train de vous poser ainsi que notre avis et comparatif sur différentes marques. Partons à la découverte des langes lavables! 

bébé couche lavable

Souvent, quand vous osez dire à quelqu’un que vous envisagez ce type de change pour votre enfant, vous entrez quasiment systématiquement dans la catégorie “bobo écolo” dans la tête de votre interlocuteur. Pire, s’il s’agit de votre grand-mère, elle vous fera un laïus sur le fait que des générations de femmes avant vous se sont battues pour avoir la « chance » d’utiliser la solution des couches jetables et être soulagées d’une corvée de plus. Et pourtant ! Les bonnes raisons d’utiliser des couches lavables ne manquent pas. Les couches lavables actuelles permettent facilement de faire cohabiter la vie contemporaine et le rythme de vie effréné des jeunes parents. 

Quand on est débutant, on se sent un peu perdu entre les modèles, les marques, le vocabulaire. Vous trouverez ci-dessous un guide ainsi qu’un bon nombre de réponses aux premières questions que vous pouvez vous poser. Les pages blog vont également s’enrichir au fur-à-mesure afin d’apporter des témoignages, des trucs et astuces et répondre ainsi à vos questions pratiques. Bonne lecture et tentez l’expérience !

Pourquoi choisir des couches lavables ?

L’information suivante est peu voire pas communiquer auprès des jeunes parents: les couches jetables sont à elles seules un drame écologique. Savez-vous qu’une couche jetable correspond à un verre de pétrole brut ? On estime en moyenne qu’un enfant aura besoin de plus ou moins 5 000 couches (et encore! Voir le calcul plus bas), ce qui représente un volume de plus ou moins 35m3 soit l’équivalent de celui de sa chambre ! Votre bébé, si innocent, va produire à lui seul une tonne de déchets d’ici son apprentissage de la propreté.

Si on dresse le bilan écologique des couches lavables par rapport aux couches jetables, on peut affirmer que les couches lavables consomment :

–       3,5 fois moins d’énergie

–       2,3 fois moins d’eau

–       8 fois moins de matières non renouvelables

–       90 fois moins de matières premières renouvelables.

Également, il faut considérer le cycle global de nos déchets et ne pas oublier que les déchets sont soit incinérés soit enfuis…Donc toute la chimie contenue dans les couches de nos bambins se retrouve tranquillement dans nos sols ou dans l’air que nous respirons.

Abordons justement les composants des couches jetables. La première réflexion est de se dire qu’avec ce qui est contenu de dedans, il y a peu de mystère, quant à comment aucune odeur nauséabonde s’échappe en continue de nos enfants. Il y a forcément des parfums et des composés chimiques pour dissimuler ces fumets aux nez délicats des parents. Et en effet, le 23 janvier 2019, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié une étude qui indique clairement que « la présence de différentes substances chimiques dangereuses dans les couches jetables qui peuvent notamment migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés ».

On retrouve dans les couches de nos enfants du glyphosate (oui, oui le même que celui de l’affaire Mosanto), des pesticides interdits depuis de nombreuses années ou encore des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), que l’on retrouve habituellement dans la fumée de cigarette ou des moteurs diesel.

Gérard Lasfargues, directeur général délégué de l’Anses  explique alors à l’AFP qu’”On ne peut pas exclure un risque […] puisqu’on observe un dépassement des seuils sanitaires pour un certain nombre de substances”. Bref, tout va bien Madame la Marquise !

Les couches jetables sont donc à elles seules la cause d’une production de déchets énormes issus de la pétrochimie et sont de véritables bombes à retardement d’un point de vue sanitaire. Il ne faut pas oublier que le recul sur le port des couches jetables n’est pas très grand. Les adultes âgés aujourd’hui entre 45 et 50 ans ont en effet portés des langes. Les couches jetables sont en effet apparues en 1971 en France.

Les plus fervents détracteur opposeront que les couches lavables ne sont pas si écolo que ça au vue de leur composition et de leur lieu de confection. Il est vrai que peu de marque fabriquent en Europe (exception pour la marque Hamac, de fabrication française) mais leur réemploi et leur durabilité permettent d’envisager ce choix comme parfaitement durable. On trouve également quelques couturières qui se lancent dans la confection artisanales des couches mais peu de textiles sont encore produits en Europe. (Des tutoriels sont également facilement trouvables sur le net afin de vous permettre de coudre vos propres couches.) On peut notamment s’orienter vers des marques labellisées et ayant une politique sociétale pour garantir notre choix.

Source : https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-recommande-d%E2%80%99am%C3%A9liorer-la-s%C3%A9curit%C3%A9-sanitaire-des-couches-pour-b%C3%A9b%C3%A9

Les différents types de couches lavables

Vous êtes désormais convaincu(e) mais vous vous demandez bien à quoi une couche lavable peut ressembler. Vous avez même peut-être, déjà mené, vos premières recherches et vous vous retrouvez perplexe devant les différents modèles et nombreuses marques sur le marché. Tentons de faire la lumière sur les différents types afin de vous aider à choisir :

Il existe 4 types de systèmes :

  • Système classique couche + culotte

On associe une couche en matière absorbante à une culotte en matière imperméable mais respirante. La couche, qui est souillée, doit être changée à chaque change. La culotte peut être gardée pour 2 à 3 changes avant d’être lavée. Ce système est généralement économiquement avantageux.

Il s’agit du système se rapprochant le plus d’une couche jetable, c’est-à-dire qu’à chaque change tout doit être changé. La partie imperméable est associée à la partie absorbante. L’insert absorbant peut selon les marques être détaché ou sorti de sa poche pour un séchage rapide. Les inserts peuvent être fabriqués en différentes matières tels que le coton, zorbe, bambou, polaire, chanvre… Nous recommandons particulièrement ce système si vous avez du mal à faire accepter les couches lavables au milieu d’accueil de votre enfant.

Découvrez notre article sur les couches lavables Bambino Mio TE1 ou les Bumgenius Tout-en-un.

Il s’agit d’une combinaison des deux systèmes. La couche a l’aspect d’une TE1 mais la partie extérieure peut être réutilisée plusieurs fois tandis que la partie absorbante doit être changée à chaque change de bébé.

Lisez notre article sur les plus célèbres TE2: les couches classiques de la marque Hamac.

  • Système TE3 dit encore hybride ou mixte

La partie absorbante peut être jetable ou lavable. Elle est le plus souvent détachée de la partie imperméable, ce qui permet un réemploi de cette dernière pour plusieurs changes. Il y a généralement un système de « hamac » dans lequel la partie absorbante est glissée.

Les marques de couches lavables ne proposent pas toutes des tailles uniques. Cet élément est à prendre en considération dans le calcul de votre budget d’investissement.

Pour celles qui proposent des tailles uniques telle la marque Bumgenius, un système de pressions permet d’adapter la taille de la couche à la morphologie de son enfant. On parle alors de couches évolutives.

Les autres marques proposent des tailles en fonction du poids de l’enfant : XS (2,5-4kg); S(4-7kg); M(7-12kg); L(12-16kg); XL(+16kg).

Les couches de la marques de la marque Hamac sont basées sur ce système.

Comment choisir son modèle et sa marque de couches lavables ?

On peut se sentir perdu(e) devant la multitude de choix. Il s’agit de trouver le juste équilibre entre le prix (voir plus haut) puisqu’en effet les modèles les plus basiques sont les moins chers et votre vie quotidienne. Il est vrai également que toutes les marques ne conviennent pas à toutes les morphologies d’enfants, ce qui peut expliquer les fuites à répétition. Les parents débutants doivent également faire quelques essais avant de trouver la manière optimale d’ajuster le modèle de couche choisi. Le plus simple est encore de pouvoir essayer différents modèles et marques pour vous faire votre propre idée. Dans de nombreuses villes, des services de couches lavables existent. C’est un excellent moyen pour se forger sa propre idée sans investir une somme conséquente au départ. Cela vous permettra également de voir si vous réussissez à intégrer cette routine à votre quotidien. Il ne faut en effet pas négliger qu’il faut une bonne organisation pour laver, faire sécher les couches, les assembler et éventuellement les emmener chez la gardienne ou à la crèche. Néanmoins, il est tout à fait normal qu’au début on patauge un peu. Prochainement une page du blog sera consacrée au témoignage d’une maman qui nous explique son organisation quotidienne.

Si vous résidez dans un coin où il n’y a pas de services de location, je vous invite à vous rapprocher de la Maison médicale la plus proche ou de contacter certains professionnels de l’enfance évoluant dans des créneaux alternatifs : doula, aptonome …

Il existe également de nombreux groupes Facebook où vous pourrez retrouver des conseils tant pour le choix d’une marque et de l’entretien des couches lavables.

Combien coûtent des couches lavables ?

La question qui fâche…ou pas ! Faisant le calcul du montant dépensé en couches jetables par enfant, en prenant une moyenne de 3 ans de port de couches et 7 couches/jour en début de vie et plutôt 4 la dernière année :

  • Année 1 : 365*7= 2 555 couches
  • Année 2 : 365*5=1 825 couches
  • Année 3 : 365*4= 1460 couches

Soit un total de 5 840 couches.

Sur des couches de marque type supermarché, on peut estimer le prix d’une couche jetable à 0,17 €. Sur des couches de la fameuse marque au grand « P », le prix est plutôt de 0,20€. Pour des couches écologiques, le prix est plutôt de 0,29 €.

Donc, un enfant coûte en couches jetables au minimum 992,8€ (ou 1 168€ en marque « P » ou 1 693,6€ en couches écologiques). Et ça, c’est pour un seul enfant ! La moyenne dans nos pays est de 2 enfants par couple.

Examinons maintenant, le coût d’achat des couches lavables :

Si vous choisissez d’acheter tout neuf, cela vous coûtera 25 couches à 25€, 25 boosters à 5€ et 100€ de voiles et produits divers, soit un total de 850€ de couches lavables et accessoires.

Dans les faits, il est fort probable que vous achetiez vos couches d’occasion et que vous les revendez par après. De nombreux groupes Facebook sont consacrés à la vente de couches lavables d’occasion.

Donc, en considérant que vous achetiez la moitié de votre stock en occasion et que vous revenderez une bonne partie, l’investissement revient plutôt à 600€ grand maximum. Et ce, pour vos 2 enfants (ou plus) puisque les couches lavables sont réutilisables! L’alternative des couches lavables s’annonce donc plus saine mais plus économique. Il faut également savoir que certaines villes donnent des primes pour les parents qui se lancent dans l’aventure.

Les plus sceptiques avanceront le coût des machines à laver, de l’électricité… à ajouter au prix d’achat des couches réutilisables. Les chiffres évoqués plus haut montrent aisément qu’en étant très maximalistes, même si on intègre les coûts de l’eau et de l’électricité, on arrive à l’équilibre financier dès le 1er enfant (voire on est déjà gagnant avec la revente des couches).

Et si on considère l’impact écologique général et le bien-être de nos enfants, il est indéniable que les couches lavables sortent les grandes gagnantes de cette confrontation.

Comment entretient-on des couches lavables ?

Vous lirez souvent tout et son contraire à ce sujet. La première chose est de savoir que les couches lavables atteignent leur pouvoir absorbant après plusieurs lavages. On recommande donc de laisser tremper des couches neuves dans de l’eau pendant 4 à 6H puis de les passer en machine avant de les faire porter à votre enfant. De cette manière, elles seront prêtes à absorber dès le premier usage. 

Pour le lavage, vous devez choisir un cycle long ainsi qu’un pré-rinçage si votre machine le permet. La température dépend de la marque mais surtout du type de couches ou plus exactement de la matière que vous avez choisie. En effet, les systèmes qui comportent une surcouche ne supportent pas toujours les hautes températures. Ainsi pour celles qui voudraient se lancer avec la marque « Demain Propre » qui n’existe plus mais qui se revend toujours très bien, les culottes ne supportent pas plus de 40°C.

Les inserts peuvent être lavés seuls à 60°C. Donc soit vous lisez correctement les indications du fournisseur, soit vous passez le tout à 40°C maximum.

Pour ce qui est du séchage, les inserts peuvent aller au sèche-linge. Si vous avez une eau calcaire, le sèche-linge aura l’avantage de les rendre tout doux pour les fesses délicates de votre bébé.

En revanche pour les surcouches et les couches tout-en-un (TE1), surtout pas de sèche-linge ! Séchage naturel obligatoire. Ces éléments sont souvent constitués de PUL, matière imperméable mais respirante, qui ne supporte pas le sèche-linge. Également les couches tout-en-un possèdent des élastiques : le sèche-linge pourrait être fatal.

Il convient également de faire attention à la lessive qu’on utilise. On pourrait en effet croire qu’un bon savon de Marseille serait le top pour entretenir des couches lavables. Or il n’en est rien. En effet, le savon de Marseille va boucher les pores des tissus et finir par les rendre peu voire plus absorbantes. Une lessive bio convient généralement bien.

Pour tout ce qui est lavage, entretien ou décrassage (action visant à rendre le côté perméable à vos inserts), nous ne serions que vous conseiller d’adopter un esprit critique face aux conseils que vous pourrez trouver. En effet, certaines personnes vont vous préconiser le recours à de l’eau de javel ou à des cristaux de soude ou autre produit très agressif pour l’environnement et donc pour votre enfant. Rappelez-vous toujours pourquoi vous en êtes venus aux couches lavables : évitez les produits chimiques.

Conclusion

Les couches lavables sont indéniablement une solution saine et économique pour les familles. Il est vrai que s’équiper représente un coût au départ mais sur le long terme, cette alternative est plus avantageuse. Certaines marques proposent également des packs qui permettent de réduire le coût d’investissement.

Les couches lavables permettent de réduire drastiquement la production de déchets de la famille. Il vous faudra vraisemblablement tester plusieurs marques avant de trouver celle qui vous rendra la vie facile. Il n’existe pas “le” meilleur modèle mais une multitude d’alternatives que vous devrez tester afin de trouver celle qui s’accorde le mieux à votre façon de vivre et qui garantit un confort maximal à votre enfant. Néanmoins, le jeu en vaut la chandelle, tant l’impact de l’usage des couches jetables sur la santé des enfants ne semble pas connu à ce jour

Le fonctionnement des couches lavables n’est pas compliqué. Il vous faudra quelques essais pour acquérir la technique de change permettant d’éviter les fuites mais rien de bien sorcier. Peut-être aurez-vous quelques phases de découragement lors des maladies infantiles (diarhées, dents…) mais rien ne vous empêche de repasser en couches jetables (écologiques de préférences) afin de vous permettre de tenir les 2 ans ½ ou 3 ans nécessaires à l’acquisition de la propreté. Pas de pression! 

Le recours à ce type de change semble aujourd’hui un choix responsable afin de ne pas hypothéquer le futur de nos enfants. N’hésitez pas à poser vos questions, à fureter entre les différentes pages de ce site afin de vous forger votre propre opinion. Notre page FAQ peut répondre à vos dernières hésitations!